Bannière

Saphir Taïder: « Algérie ou Tunisie ? Je préfère... d'abord m'imposer avec mon club !»

Envoyer Imprimer PDF

 

 

 

- Talent à suivre -

 

 

 



Saphir Taïder : « Algérie ou Tunisie ?

Je préfère d'abord m'imposer avec mon club ! »

 

 

 

 

France ? Algérie ? Tunisie ? Saphir Sliti Taïder a l'embarras du choix. Mais pour l'instant, justement, le talentueux milieu de terrain du FC Bologne ne veut pas se presser à faire un choix de carrière internationale qu'il prendra en temps et en heure. Même s'il n'affiche pas sa préférence, pour La Gazette du Fennec, le tout jeune joueur qui n'a pas encore fêté ses 20 ans revient sur sa carrière sportive et nous parle à cœur ouvert de ses ambitions. Confidences.

 

 

 

Bonjour Saphir, une petite présentation, où as-tu commencer à jouer au foot et quel a été ton parcours avant d’arriver à Bologne ?


J’ai commencé à l’âge de six ans dans un petit club à Castres, près de Toulouse, ensuite j’ai intégré le centre de formation de Grenoble où j’ai effectué mes débuts dans le milieu professionnel et depuis cette année je joue au Bologne FC en Italie et je découvre la Serie A.

 


Tu joues milieu défensif et offensif à la fois. Comment pourrais-tu te qualifier et à quel joueur tu t’identifies ?


Je me qualifierai de milieu de terrain moderne, j’ai la chance de savoir défendre et attaquer en même temps. Je ressens aussi cette volonté et envie de marquer des buts. Après je ne ressemble pas un joueur en particulier, j’aime bien défendre et pouvoir aller vers le but.

 

 

 

Saphir Taider en action avec Bologne en pré-saison

 

 

 

Un joueur de référence ?


Honnêtement je n’ai pas de joueur de référence, j’ai toujours suivi mon frère qui était devant moi parce qu’il a eu la chance de faire une carrière pro et il est encore dans le circuit, donc c’est mon meilleur exemple pour pouvoir progresser et aller de l’avant dans ce milieu du foot.

 


Justement ton frère qui évolue à l’ES Sahel et qui est International Tunisien. Que penses-tu de sa carrière et es-tu très proche de lui ?


On est énormément proche, comme des frères naturellement. Pour sa carrière c’est vrai qu’elle aurait pu être meilleure, vu ses qualités, mais dans le milieu du foot de nos jours ce n’est plus forcément tes qualités qui te permettent de réaliser une carrière, il y a d’autres paramètres et certaines circonstances qui peuvent te faire pencher du mauvais coté. Donc justement je me sers de ses erreurs, pour essayer de ne pas les répéter et essayer d’avoir une meilleure carrière que lui inchallah.

 

 

 

 

« Mon grand frère Nabil



est un exemple pour moi  ! »

 



On peut dire quelque part qu’il a influencé ta carrière ?


Oui c’est sûre, je l’ai vu joué et débuté dans le monde pro, j’avais 7 ou 8 ans donc j’ai été bercé par ça grâce à lui, quand tu vois ton grand frère joué au foot tu as les yeux comme ça. Donc oui, j’ai essayé quelque part de suivre son chemin.

 


Est ce que vous rêvez de jouer avec lui en club ou en sélection, comme les frères Touré ou Ayew ?


Oui, on en a déjà parlé, soit jouer en sélection ensemble, soit jouer en club ou bien un jour se rencontrer sur un terrain de foot car c’est une grande chance d’avoir deux frères dans le milieu professionnel. On en a parlé et c’est le mektoub qui décidera.

 

 

 

Nabil Taider (28 ans, 4 sélections avec la Tunisie)

 

 


En parlant de mektoub, on revient sur le dernier match Algérie-Tunisie; ta maman est algérienne et ton papa est tunisien…tu penches pour quelle sélection ?


Honnêtement, je ne penche pour aucune des deux sélections, j’ai le cœur partagé quand je vois un match comme ça Algérie contre Tunisie, je supporte le spectacle, je ne supporte pas l’une des deux équipes, je supporte le beau jeu car ce son mes deux pays de cœur donc ça serait un grand honneur de jouer pour l’un des deux pays quoi qu’il arrive.

 


Donc tu opterais pour la première sélection qui te fait appel ? Comment ça ce passe ? Vers quelle sélection tu te tournerais ?


(gêné)...Non pas spécialement…déjà je serai très flatté d’être sollicité, ça c’est sure, même si je joue actuellement en Équipe de France. Mais honnêtement, pour l’instant, je ne me penche pas trop vers tout ça car je suis jeune. J’ai besoin d’avoir du temps de jeu dans mon club pour pouvoir aller en sélection la tête reposé et commencer un nouveau chapitre international si je venais à être amener à jouer pour l’une des deux équipes parce qu'aujourd'hui je ne peux pas me permettre d’aller en sélection comme ça. Même si c’est une énorme chance et que tout le monde aimerait être appelé par l'une des deux équipes, sportivement je ne pense pas encore que c’est le moment de me décider. Je préfère d’abord m’imposer dans mon club et gagner en temps de jeu, être solide à ce niveau là et inchallah apporter ensuite ce que je sais faire, soit à la Tunisie soit à l’Algérie.

 


La sélection tunisienne est en ¼ de finale de la CAN. Est ce que tu suis cette compétition ?


Forcément je la suis, j’ai regardé le match face au Maroc et hamdoullah sa fait plaisir de voir que la Tunisie, malgré ce qui c’est passé ces derniers temps, au niveau du foot, elle arrive à se construire. Après, pour ce qui est de l’Algérie, ne pas se qualifier, c’est un petit échec sportif, mais ça permet à la sélection de se reconstruire avec de nouveaux joueurs. Il y a eu la première étape de la Coupe du Monde 2010 et là il y a une nouvelle étape donc hamdoullah et j’espère pour eux qu’ils feront la prochaine CAN et la Coupe du monde en 2014.